Borland® StarTeam® 2009 - Notes de mise à jour

Bienvenue dans Borland StarTeam 2009 ! Ces notes de mise à jour contiennent des informations importantes susceptibles de ne pas figurer dans la documentation et concernant StarTeam Server pour Windows, le Client multiplate-forme, Web Client, StarTeam Workflow Extensions, StarTeamMPX et StarTeam Layout Designer.

Le Guide d'installation de StarTeam de chaque version est disponible en ligne à l'adresse http://techpubs.borland.com/starteam/, sous Installation Guides.

.

Remarque : Ces notes de mise à jour représentent les problèmes connus au moment de la sortie de cette version. Pour bénéficier des informations qui pourraient être disponibles après la sortie de cette version, consultez la dernière version de ces Notes de mise à jour sur le site web de Borland : http://techpubs.borland.com/starteam/.


Table des matières
StarTeam Server Client StarTeam multiplate-forme
StarTeamMPX StarTeam Web Client
StarTeam Extensions StarTeam Web Server
StarTeam Layout Designer Documentation StarTeam
Obtention de l'aide

StarTeam Server

Table des matières
Remarques importantes Problèmes connus et notes concernant StarTeam Server
Configuration système/Eléments pré-requis du Serveur Limites de StarTeam Server

Remarques importantes

Configuration système du Serveur sous Windows et Linux

Elément du système Configuration
Plates-formes

Microsoft Windows Server 2003 SP2 (32 bits)

Microsoft Windows Server 2003 R2 SP2 (32 bits)

Microsoft Windows Server 2008 (64 bits)

Red Hat Enterprise Linux 5 Server (32 bits)

Bases de données et versions ODBC

Microsoft SQL Server 2005 SP3 (Windows Server uniquement)

Microsoft SQL Server 2005 Express SP3 (SSE) (Windows Server uniquement)

Pilote ODBC Microsoft, SQL Native Client, version 2005.90.4035.00 ou plus récente

Oracle Database 10g Release 2 version 10.2.0.4.(32 bits)

Oracle Database 11g version 11.1.0.6.0 (32 bits)

Oracle Database 11.1.0.6 Client patch 14 (64 bits)

Remarque : Vous pouvez installer Microsoft SSE en tant que partie de l'installation de StarTeam Server. Vous devez acheter les autres produits de base de données auprès du fournisseur approprié. Reportez-vous au Guide d'installation de StarTeam 2009 (ST_Install_fr.pdf) pour de plus amples informations sur les configurations système recommandées pour exécuter StarTeam et SSE sur le même ordinateur et pour exécuter StarTeam Server et la base de données qui lui est associée sur des ordinateurs séparés.

Important : Ne modifiez jamais le contenu de la base de données ou des fichiers espace de stockage hors d'un Client ou de l'Outil d'administration du serveur. La manipulation directe des bases de données n'est pas supportée.

Navigateur web

Microsoft Internet Explorer 7 ou une version ultérieure

Firefox 3 ou une version ultérieure

Autre

Adobe Acrobat Reader 7.0, ou une version ultérieure, pour la visualisation du Guide d'installation de StarTeam (ST_Install_fr.pdf)

Utilitaires d'analyse de virus

Chaque ordinateur StarTeam Server doit être équipé d'un utilitaire de protection antivirus et les fichiers de définition de virus doivent être à jour. Tous les serveurs StarTeam doivent aussi être équipés d'une protection antivirus à jour et les paramètres doivent être définis pour alerter uniquement l'administrateur. L'administrateur StarTeam doit arrêter immédiatement StarTeam Server lors d'une détection de virus, effectuer une sauvegarde complète de StarTeam, puis suivre les instructions du fournisseur de la protection antivirus pour éliminer le virus du fichier infecté. Si le fichier infecté ne peut pas être nettoyé ou s'il y a des problèmes, contactez http://support.borland.com avant de redémarrer le Serveur. Certains virus peuvent avoir un effet destructeur immédiat dans le référentiel et, dans de rares cas, des pertes de données seront inévitables. Borland recommande fortement d'effectuer des sauvegardes régulières.

Un virus qui peut être nuisible dans un système de fichiers peut être beaucoup plus destructeur s'il est archivé dans le référentiel. Par exemple, de nombreux utilitaires de protection antivirus sont configurés par défaut ou peuvent être configurés pour supprimer les fichiers infectés. Si un fichier archive est supprimé par l'utilitaire de protection antivirus, les données pourront être perdues.

D'autre part, un virus peut ne pas être détecté dans l'archive et rester inactif dans l'attente d'infecter les ordinateurs de tous les utilisateurs du projet. Votre réseau propagera rapidement le virus, et des données pourront être perdues.

Remarque : Si un processus ou un programme comme un anti-virus modifie des fichiers qui sont sous le contrôle de StarTeam, le système peut se comporter de façon instable. Il est fortement recommandé que ces programmes n'autorisent pas la modification des fichiers système ou de données se trouvant sous le contrôle de StarTeam.

Remarque : Le Client StarTeam multiplate-forme peut accéder à StarTeam 2009 Server, à StarTeam 2008 Server et à StarTeam 2008 R2 Server. Cela facilite les mises à niveau du Client multiplate-forme après l'installation de StarTeam Server.

Important : Si vous mettez à niveau une version précédente de StarTeam Server, vous DEVEZ respecter les instructions de mise à niveau du Guide d'installation de StarTeam (ST_Install_fr.pdf). La réussite de la mise à niveau est soumise à l'accomplissement de certaines étapes. Le non accomplissement de ces étapes peut entraîner l'échec de la mise à niveau.

Problèmes connus et notes concernant StarTeam Server

Problèmes liés à Windows Server 2008 64 bits

VaultVerify échoue sous Windows Server 2008 64 bits

Au cours des tests, il est apparu que VaultVerify rencontrait des problèmes lors de son exécution sur les systèmes Windows Server 2008 64 bits. Sur cette plate-forme, lorsque VaultVerify essaie d'ouvrir la base de données, il échoue et émet un message d'erreur semblable à ce qui suit :

Opening database: StarDrawDB1010 (ODBC)
Error: Exception occurred: java.sql.SQLException: [Microsoft][ODBC Driver Manager] Invalid string or buffer length
java.sql.SQLException: [Microsoft][ODBC Driver Manager] Invalid string or buffer length
        at sun.jdbc.odbc.JdbcOdbc.createSQLException(Unknown Source)
        at sun.jdbc.odbc.JdbcOdbc.standardError(Unknown Source)
        at sun.jdbc.odbc.JdbcOdbc.SQLGetDataString(Unknown Source)

Nos recherches ont montré que ce problème semblait provoqué par un défaut de l'interface ODBC de Windows 2008 Server 64 bits ou, peut-être, du JRE (Java Run-time Environment) 64 bits dans le module appelé pont JDBC/ODBC. Il n'existe pas actuellement de correctif pour Windows Server ni pour le JRE permettant de résoudre ce problème. En conséquence, pour la version StarTeam 2009, qui prend en charge la plate-forme Windows 2008 Server 64 bits, VaultVerify a été amélioré par l'utilisation de nouveaux paramètres qui permettent d'éviter l'erreur.

Contexte

Pour réaliser cette opération, VaultVerify ouvre la base de données utilisée par chaque configuration StarTeam qu'il vérifie. Sur les plates-formes Windows, il utilise les informations de configuration provenant du fichier starteam-server-configs.xml pour établir la connexion à la base de données. Spécifiquement, VaultVerify extrait du fichier de configuration le DSN (Data Source Name) ODBC et le nom de l'utilisateur de la base de données. Il utilise ensuite une interface appelée pont JDBC/ODBC pour accéder à la base de données. Normalement, un utilisateur a besoin seulement du nom de la configuration, du mot de passe de la base de données, et d'indiquer ses options "check" pour exécuter VaultVerify. Une utilisation typique est décrite ci-dessous :

VaultVerify -check all -dbpassword StarDraw123 StarDraw

Sous Linux, les configurations StarTeam utilisent des bases de données Oracle décrites en termes de connexions TNS et non de connexions ODBC. Or, VaultVerify n'utilise pas de client basé sur TNS pour se connecter à une base de données Oracle sous Linux. Il se connecte directement à la base de données Oracle en utilisant une interface Oracle appelée API "thin". Par conséquence, VaultVerify peut nécessiter des paramètres supplémentaires pour établir la connexion à la base de données. En particulier :

En conséquence, lorsqu'il est exécuté sous Linux, VaultVerify peut nécessiter l'utilisation de plusieurs paramètres supplémentaires. Une exécution typique est décrite ci-dessous :

VaultVerify -check all -dbname ORCL -dbhost dbsvr-prod1 -dbpassword StarDraw123 STProd1

Avec la version 2009, VaultVerify met en oeuvre ces moyens supplémentaires grâce auxquels il peut se connecter à la base de données.

Modifications pour StarTeam 2009

 

Dans la version StarTeam 2009, VaultVerify continue de prendre en charge la technique JDBC/ODBC de connexion aux bases de données sous Windows et la technique de connexion directe à Oracle sous Linux décrite à la section précédente. En conséquence, les mêmes paramètres sont toujours tous pris en charge et les lignes de commande utilisées dans les versions précédentes continueront de fonctionner de manière inchangée.

Mais VaultVerify prend désormais en charge sous Windows la même technique de connexion directe à la base de données précédemment prise en charge uniquement sous Linux. Cette technique permet à VaultVerify d'utiliser le pilote JDBC natif fourni par le fournisseur de la base de données, au lieu du pont JDBC/ODBC. La technique de connexion directe à la base de données est disponible pour les bases de données SQL Server comme pour les bases de données Oracle, et elle évite le problème lié à Windows Server 2008 64 bits décrit précédemment.

Pour utiliser la technique de connexion directe à la base de données, un nouveau paramètre, appelé -dbinstance, est spécifié : il doit être suivi d'un "nom d'instance". Ce paramètre sert deux objectifs :

Lorsque le paramètre -dbinstance est spécifié, des paramètres supplémentaires peuvent être nécessaires pour créer la connexion à la base de données. Pour une base de données SQL Server, les paramètres suivants peuvent être nécessaires :

Exemples

Nouveau texte d'aide de VaultVerify

Le texte d'aide affiché par la version 2009 de VaultVerify est montré ci-dessous ; les paramètres nouveaux ou modifiés sont en vert :

StarTeam VaultVerify Utility version 10.11.0
Copyright (c) 2005-2009 Borland Software Corporation. Tous droits réservés.
VaultVerify : Effectue la vérification des archives dans un espace de 
stockage Native-II de StarTeam.
Utilisation : VaultVerify [options] <configuration>

Selon l'option '-check' utilisée, qu'elle soit par défaut ou définie, les 
vérifications d'intégrité sont effectuées sur les fichiers d'archive de l'espace
de stockage correspondant à la <configuration> StarTeam spécifiée.
Si '-repair' est spécifié, une tentative de correction des problèmes trouvés 
est effectuée. La base de données de la configuration est ouverte mais elle 
n'est pas modifiée.

Les options valides sont :

-check {missing | corrupt | stray | all}
    Détermine quelles vérifications d'intégrité effectuer :
       missing : Vérifie les fichiers manquants en comparant la base de données
                 et les fichiers d'archive réellement présents.
       corrupt : Vérifie l'intégrité des fichiers d'archive existants (MD5, nom,
                 répertoire et format de fichier .gz).
       stray :   Vérifie les fichiers en supplément par rapport à la base de 
                 données. Cette option ne peut pas être utilisée si la 
                 <configuration> est en cours d'utilisation.
       all :     Effectue toutes les vérifications d'intégrité.
    Plusieurs options '-check' peuvent être spécifiées. Voir aussi l'option 
    '-repair'.

–cf <chemin du dossier>
    Nom du chemin d'accès au dossier des fichiers endommagés, où sont déplacés 
    les fichiers problématiques détectés par la vérification 'corrupt' alors que
    l'option '-repair' a été spécifiée. Le dossier par défaut des fichiers 
    endommagés est : c:\temp\VVCorruptFiles\

–dbhost <hôte>
    Spécifie le nom d'hôte du serveur de la base de données pour la 
    <configuration> indiquée. Sous Windows, cela n'a 
    de sens que si '-dbinstance' est également fourni. Sous Windows et Linux, 
    utilisez cette option uniquement lorsque le serveur de base de données 
    s'exécute sur un hôte différent.

-dbname <nom>
    Spécifie le nom de la base de données pour la <configuration> indiquée.
     Sous Windows, ce paramètre n'est significatif que si 
    '-dbinstance' est également spécifié et il n'est nécessaire que si le nom 
    de la base de données est différent du DSN ODBC. Sous Linux, utilisez cette 
    option uniquement si –dbinstance n'est pas utilisé et si le nom de service 
    Oracle est différent du nom TNS.

-dbinstance <nom>
    Cette option n'a de sens que sous Windows. Lorsqu'elle est utilisée, 
    VaultVerify ouvre la base de données directement et non via le DSN ODBC 
    spécifié dans le fichier de configuration. Pour SQL Server, le <nom> 
    doit être le nom d'instance (par exemple, 'SSE2005_ST'). Notez que le nom 
    d'instance par défaut est 'MSSQLSERVER' pour SQL Server et 'SQLEXPRESS' 
    pour SQL Server Express. Pour Oracle, <nom> doit être le nom de service 
    (par exemple, 'ORCL').
	 
   -dbinstance doit être utilisé avec -dbhost lorsque le serveur de la base de 
   données s'exécute sur un hôte différent. Pour SQL Server, -dbname doit aussi 
   être utilisé si le nom de la base de données est différent du DSN ODBC. 
   Pour Oracle, -dbname est ignoré si -dbinstance est spécifié.

-dbpassword <motPasse>
    Spécifie le mot de passe de connexion à la base de données. S'il n'est pas 
    spécifié, un mot de passe vierge est utilisé. (Le mot de passe stocké dans 
    la configuration est chiffré et il ne peut pas être utilisé par Vault Verify.) 
    Sur les configurations de serveur s'exécutant avec Oracle, cette option doit 
    être spécifiée car le mot de passe Oracle n'est jamais vide.

-dbport <port>
    Spécifie le port TCP/IP à utiliser pour se connecter au serveur de la base 
    de données. Ce paramètre ne sert qu'aux plates-formes non Windows lorsqu'un 
    autre port que le port de base de données par défaut du fournisseur est 
    utilisé (par exemple, 1521 pour Oracle).

-dbuser <utilisateur>
    Spécifie l'ID de connexion à utiliser pour se connecter à la base de 
    données. S'il est spécifié, ce paramètre remplace l'utilisateur indiqué 
    dans la <configuration> StarTeam. Le seul utilisateur valide pour cette 
    option est l'utilisateur propriétaire des tables StarTeam.

-help (ou -h ou -?)
    Affiche ces informations d'utilisation.

–path <chemin du dossier>
    Spécifie le chemin du dossier contenant le fichier starteam-server-configs.xml. 
    Ce fichier doit exister et contenir la <configuration> spécifiée. 
    Par défaut, ce fichier est ouvert dans le dossier parent du répertoire de 
    travail en cours s'il n'est pas trouvé dans le répertoire de travail en cours.

-nosharereport
    Supprime le reporting des informations de partage. Normalement, les chemins 
    partagés de chaque fichier endommagé sont consignés dans un rapport. Cette 
    option supprime les informations concernant les chemins partagés ; cela peut 
    accélérer l'exécution de l'application et réduire de manière significative 
    la taille des rapports.

-repair
    Spécifie que la correction des problèmes des fichiers d'archive doit être 
    tentée. Les archives endommagées sont déplacées dans le 'dossier des 
    fichiers endommagés' (voir l'option '-cf'). Si elles correspondent à des 
    révisions de fichiers valides, elles sont également traitées comme étant des 
    fichiers manquants. L'utilitaire tente de récupérer les archives manquantes 
    depuis d'autres fichiers de l'espace de stockage et, si l'option '-useca' 
    est spécifiée, depuis l'Agent de mise en cache. Les archives isolées sont 
    déplacées dans le 'dossier des fichiers isolés' (voir l'option '-sf'). 
    Remarque : L'option  '-repair' est ignorée si la <configuration> StarTeam 
    est en cours d'utilisation.

-sf <chemin du dossier>
    Nom du chemin d'accès au 'dossier des fichiers isolés', où sont déplacés 
    les fichiers supplémentaires trouvés par la vérification 'stray' lorsque 
    l'option '-repair' a été spécifiée. Le dossier par défaut des fichiers 
    isolés est : c:\temp\VVStrayFiles\.

-t
    Affiche des informations sur le temps écoulé à la fin de la vérification.

-useca <hôte>:<port>
    Si '-repair' est spécifié, cette option permet de tenter de récupérer les 
    fichiers manquants depuis l'Agent de mise en cache MPX spécifié. L'<hôte> 
    et le <port> doivent désigner un Agent de mise en cache distant car 
    celui-ci maintient un cache indépendant.

-verbose
    Affiche des informations d'état supplémentaires pendant le déroulement de 
    la vérification.

Problèmes d'installation

Problèmes liés aux bases de données

Microsoft SQL Server/SSE

Oracle

Problèmes du Serveur

Espace de stockage Native-II

Problèmes de nettoyage

Avant de nettoyer les données, Borland recommande d'exécuter starteam_oracle_compute_stats.sql (pour Oracle) ou starteam_sqlserver_update_statistics.sql (pour Microsoft SQL Server). Par défaut, ces scripts sont installés dans les dossiers C:\Program Files\Borland\StarTeam Server 2009\DBScripts\Oracle_Scripts et C:\Program Files\Borland\StarTeam Server 2009\DBScripts\Sqlserver_Scripts.

Evaluations

Borland vous permet de prolonger la période d'évaluation de StarTeam Server, en contactant http://www.borland.com/us/company/how-to-buy.html pour obtenir une clé de prolongation de l'évaluation.

Option du fichier de configuration du Serveur

L'option ItemCacheMemoryLoadMaxPct est obsolète et n'a aucun effet dans StarTeam 2008, 2008 Release 2 et 2009. Une nouvelle option du fichier de configuration du Serveur, ItemCacheMemoryLimit, définit la quantité maximale de mémoire, spécifiée en Mo, qui peut être utilisée pour la mise en cache des données des éléments. La valeur par défaut est -1, ce qui signifie qu'aucune limite n'est définie et que, pour la mise en cache des données, le Serveur utilisera la quantité de mémoire maximale qui est à la disposition du processus du Serveur. Par exemple, ajouter <option name="ItemCacheMemoryLimit" value="100"/> au fichier de configuration définira la limite du cache à 100 Mo.

Configuration de serveur exemple StarDraw

Si vous prévoyez d'utiliser l'exemple de configuration de serveur, StarDraw, et si vous souhaitez l'exécuter en tant que service, il est possible que vous deviez le démarrer une fois en tant qu'application, l'arrêter, puis le configurer en tant que service.

4GT RAM Tuning

Si votre StarTeam Server s'exécute sous Windows Server 2003 (Enterprise Edition ou Datacenter Edition), vous pouvez utiliser 4GT RAM Tuning de Microsoft pour donner au processus de StarTeam Server l'usage de 3 Go de mémoire. Pour activer cette fonctionnalité, le commutateur /3GB doit être ajouté au fichier Boot.ini.

Veuillez consulter : http://msdn.microsoft.com/library/default.asp?url=/library/en-us/memory/base/4gt_ram_tuning.asp pour de plus amples informations sur le paramétrage de ce commutateur.

Par exemple : "multi(0)disk(0)rdisk(0)partition(2)\WINNT="Microsoft Windows 2000 Advanced Server" /3GB /fastdetect

Pour plus de détails, voir http://technet.microsoft.com/en-us/library/cc758478.aspx.

Ouverture des ports sous Windows XP

Si vous utilisez un pare-feu, vous devez ouvrir le numéro de port dans Windows XP SP2. Il s'agit de la valeur 49201 par défaut. Si vous n'ouvrez pas ce port dans le pare-feu Windows, vous ne pourrez pas établir la connexion au Serveur.

Windows Server 2008 exige également d'ajouter une Exception aux paramètres du pare-feu Windows. Mais, il peut être préférable d'accorder tous les droits d'accès à StarTeam Server, comme suit :

  1. Démarrez le Panneau de configuration et sélectionnez Pare-feu Windows.
  2. Sélectionnez Modifier les paramètres dans la boîte de dialogue Pare-feu Windows.
  3. Sélectionnez l'onglet Exceptions.
  4. Sélectionnez Ajouter un programme....
  5. Dans la boîte de dialogue Ajouter un programme, sélectionnez Parcourir....
  6. Naviguez jusqu'à \Borland\StarTeam Server 2009 et sélectionnez StarTeamServer Application.
  7. Appuyez sur OK pour fermer toutes les boîtes de dialogue.
  8. Remarque : Cela accorde à StarTeam Server l'accès de n'importe quel port. La procédure précédente peut être suivie afin de créer une Exception pour MPX, l'Agent de mise en cache et Web Server.

Vous aurez le même problème avec un Serveur StarTeam activé pour MPX. Vous devrez ouvrir les ports utilisés par MPX. Par exemple, le port par défaut de l'Agent de messages est 5101. Si vous utilisez ce port, vous devez l'ouvrir.

Pour ouvrir un port :

1. Démarrez le Panneau de configuration et sélectionnez Pare-feu Windows.

2. Sélectionnez l'onglet Exceptions.

3. Sélectionnez 'Ajouter un port' et entrez un nom et le numéro de port approprié.

4. Appuyez sur OK pour fermer toutes les boîtes de dialogue.

Sécurité

Si vous exécutez StarTeam Server sur un ordinateur Windows XP Professionnel, la personne qui crée et/ou démarre la première configuration de serveur devient la seule personne capable de créer et/ou de démarrer des configurations de serveur. Nous mettons à disposition l'utilitaire GrantAdmin qui permet aux autres administrateurs de créer et de démarrer des configurations de serveur.

Remarque : Officiellement, Windows XP n'est pas pris en charge par StarTeam Server 2009.

L'utilitaire est installé dans le dossier d'installation du Serveur. Il doit être exécuté par l'utilisateur ayant installé/démarré le Serveur. Il ne requiert aucun argument. L'utilitaire GrantAdmin accorde aux autres administrateurs les droits d'accès au conteneur principal. Sinon, seul l'administrateur ayant créé le conteneur principal (c'est-à-dire ayant démarré le Serveur pour la première fois) possède les droits nécessaires pour créer et démarrer des configurations de serveur.

Blocage

Si vous exécutez StarTeam Server et le Client StarTeam multiplate-forme sous Windows XP SP2 avec toutes ses mises à jour, la première exécution de StarTeam Server ou de la barre d'outils StarTeam peut provoquer un message d'erreur "Serveur bloqué" ou "Barre d'outils bloquée" en provenance du pare-feu Windows. Ce n'est pas un problème. Cliquez sur Débloquer.

MDAC

StarTeam Server requiert MDAC 2.8 et Windows XP SP2 est livré avec cette version de MDAC. Au cours de l'installation de StarTeam Server, vous pouvez voir un message disant que MDAC 2.8 est incompatible avec cette version de Windows. Ce n'est pas un problème. Cliquez sur Annuler.

Exécution du Serveur en tant que service

Si vous exécutez StarTeam Server en tant que service, vous rencontrerez peut-être l'erreur Windows 2186 indiquant que le service ne répond pas à la fonction Start Control. Windows 2003 affiche ce message lorsqu'un service prend plus longtemps que prévu à démarrer. Selon la taille de votre base de données, StarTeam Server risque d'avoir un temps de démarrage supérieur au temps prévu par Windows. StarTeam Server démarre habituellement sans problème (malgré ce message d'erreur). Pour en être sûr, exécutez l'Observateur d'événements (Démarrer\Programmes\Outils d'administration (Commun)\Observateur d'événements. Vérifiez les événements les plus récents de StarTeam Server. Vous verrez probablement : Service StarTeam Server démarré. Si ce n'est pas le cas, vous trouverez la raison pour laquelle il n'a pas démarré correctement et vous prendrez les mesures appropriées.

Si un Serveur StarTeam ayant activé MPX s'exécute en tant que service, l'Agent de messages doit démarrer avant le service StarTeam Server. Habituellement, il le fait. Si StarTeam Server ne réussit pas à activer MPX et que les Agents de messages sont sur le même ordinateur, vous pouvez rendre le service StarTeam Server dépendant du service Agent de messages. Consultez votre administrateur système avant d'utiliser la technique suivante.

Avertissement : Créez une copie de sauvegarde du registre avant toute modification. Si vous obtenez des résultats désastreux, le seul moyen de tout récupérer est de restaurer le registre à partir de la sauvegarde ou de réinstaller entièrement le système d'exploitation.

Pour configurer la dépendance d'un service sous Windows 32 ou 64 bits :

1. Cliquez sur Démarrer > Exécuter dans le menu Démarrer.

2. Tapez Regedit32 ou Regedit64 en fonction de votre système d'exploitation.

3. Cliquez sur OK.

4. Sélectionnez HKEY_LOCAL_MACHINE\SYSTEM\CurrentControlSet\Services\StarTeamServer-configName

5. Sélectionnez Edition > Nouveau > Valeur de chaînes multiples.

6. Définissez le nom de la valeur par DependOnService.

7. Double-cliquez sur la valeur DependOnService pour ouvrir la fenêtre de données.

8. Entrez le nom interne du service de votre Agent de messages StarTeam dans la fenêtre Données. (Exemple : StarTeam Message Broker 6.8).

Problèmes d'heure

StarTeam Server stocke les horodatages au format UTC (également connu sous le nom de temps universel coordonné, heure de Greenwich ou heure zoulou), et ajuste l'horodatage pour le fuseau horaire spécifié par l'ordinateur. Par exemple, si un fichier est enregistré et archivé à 17 h en Californie, son horodatage en Californie sera 17 h. Toutefois, son horodatage sur un ordinateur à New York serait 20 h, l'heure qu'il était à New York lorsque le fichier a été archivé. Quand un fichier est modifié, l'horodatage reflète celui du système d'exploitation. Cela signifie que si un fichier est archivé par un utilisateur dans un fuseau horaire et modifié par un utilisateur dans un autre fuseau horaire, l'horodatage du fichier pourra être apparemment plus ancien que la révision archivée la plus récente. Cela n'affecte pas les états des fichiers dans StarTeam, car les états sont calculés au moyen des heures UTC.

Si votre région observe le passage à l'heure d'été, la barre d'état StarTeam pourra afficher l'heure incorrecte lors de l'annulation d'une vue (Vue\Sélectionner une configuration\Configuration à partir de). Par exemple, si vous êtes actuellement en heure d'été et si vous ramenez la vue à un point dans le temps antérieur à l'heure d'été, l'affichage de l'heure dans la barre d'état (coin inférieur gauche de la fenêtre StarTeam) sera en avance d'une heure. Si vous n'êtes pas actuellement en heure d'été et si vous ramenez la vue à un point dans le temps pendant l'heure d'été, l'affichage de l'heure dans la barre d'état sera en retard d'une heure.

Problèmes divers